LES PIQURES DE PUCE

La puce est un parasite « vampire ». Cela signifie tout simplement que la puce se nourrit de sang. Ce régime alimentaire n’intervient qu’une fois que la puce a atteint l’âge adulte. Mais pour ce faire, comment procède-t-elle ? Quels peuvent être les signes d’une piqûre et les éventuelles conséquences ?

 

La puce pique

En tant qu’insecte piqueur, la puce pique donc ses victimes pour pouvoir sucer leur sang. Dans sa morphologie, la puce possède un ensemble de pièces buccales. Cet ensemble est constitué entre autre d’un labre, de deux mandibules, de deux maxilles munies d’un long palpe et d’un labium pourvu de deux palpes. L’assemblage de tout cet arsenal constituera l’organe qui servira d’aiguille à la puce. Munie d’un tel élément piquant, la puce pourra alors transpercer la peau de sa victime pour en retirer la quantité de sang qui lui est nécessaire le temps d’un repas.

 

Reconnaître une piqûre de puce

Les symptômes de piqûres de puces révèlent la présence de puces sur un être vivant. Cependant, ces manifestations diffèrent selon l’être vivant ainsi que la gravité ou l’étendue de l’infection. Un symptôme commun à tous fait néanmoins exception à ces règles. Il s’agit des démangeaisons. Ce signe apparaît au moment même où la puce enfonce son organe piqueur dans l’épiderme. Par la suite, tout dépend de la réaction des hôtes. Dans le cas du chat, certes les piqûres de puce ne lui confèrent pas de gênes particulières. En cas d’aggravation par contre, cela se traduira d’abord par une dermatite, conséquence d’une allergie aux piqûres de puces. Cette dermatite se présente elle-même sous la forme de croûtes et de papules qui feront leur apparition sur les régions à proximité du cou ainsi que sur le dos. Enfin, la peau du chat finira par prendre un aspect quelque peu sableux. Tout cela aura alors pour conséquence un toilettage ou un léchage abusif, provoquant une alopécie sur certaines régions du son corps. En ce qui concerne le chien, les manifestations peuvent être encore plus graves et les démangeaisons beaucoup plus intenses. Cela commence par une perte de poils tout le long du dorso-lombaire. La peau de l’animal, au début rouge, prendra une couleur grise tout en devenant grasse, épaisse, avec une odeur désagréable. Enfin, chez l’homme, les piqûres de puce se traduisent par une zone rouge au centre de laquelle une petite tache sombre apparaît. Généralement, seules des démangeaisons surviennent. Pour les plus sensibles, eczéma ou éruption cutanée peuvent apparaître.

 

Les conséquences

Chez le chat, les conséquences de telles morsures ne possèdent pas un degré de gravité trop élevé. Par contre, chez le chien et l’homme, elles peuvent provoquer des maladies graves. En effet, la puce est un véritable vecteur de virus. La capacité de transmission de maladies dépend de la famille de puce. Le Xenopsylla astia, le Xenopsylla brasiliensis, le Nosopsyllus faciatus et le Xenopsylla cheopis, plus communément connusous le nom de puces de rats, transmettent le bacille pesteux. Les puces d’animaux carnivores véhiculent le Bartonella henselae, bactérie à l’origine de la maladie dite des griffes du chat. Le Spillopsyllus caniculi, ou puce de lapin, est porteur de la tularémie ainsi que de la myxomatose. Enfin, certaines puces sont porteuses du Malassezia et du Staphylocoque chez le chien, et de virus provoquant anémie et fièvre chez l’homme. 

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis !